Microstation

MICROSTATION 

Microstation schema

Fonctionnement :

Les micro-stations comportent en un seul bloc, une fosse toutes eaux et un système de traitement. Elles fonctionnent grâce à une oxygénation forcée qui permet le développement de bactéries qui vont dégrader les matières polluantes. La différence avec les micro-stations à cultures libres porte sur la présence d’un support immergé dans l’eau sur lequel se fixent et se développent les bactéries.

 

Fonctionnement culture libre type SBR :

Le cycle en 4 phases (se répète environ 3 fois/jour) :

  • Alimentation de la cuve : le réservoir est alimenté en eaux usées domestiques et une première séparation des phases solides et flottantes s’opère.

  • Aération des eaux usées : lors de la deuxième étape, les effluents sont aérés et oxygénés dans le but de convertir la matière organique.

  • Décantation : toujours dans le même réservoir, l’installation est mise au repos dans l’objectif de faire remonter les eaux traitées à la surface et de laisser les boues résiduelles dans le fond de la cuve. Les étapes 2 et 3 sont répétées plusieurs fois en alternance pour clarifier les eaux usées.

  • Évacuation des eaux traitées : la dernière phase du traitement consiste à évacuer les eaux traitées biologiquement. Elles peuvent être évacuées par infiltration dans le sol, par irrigation des végétaux ou encore dans un cours d’eau (après étude et avis favorable du SPANC).

 

 

 

Fonctionnement culture fixé :

Les micro-stations sont composées de 3 compartiments :

  • Bassin d’aération
  • Décanteur primaire de 3 m3
  • Clarificateur

Les eaux usées domestiques arrivent dans le décanteur primaire, ce prétraitement permet de retenir les plus grosses particules au fond et les flottants en surface. L’ effluent prétraité passe ensuite dans le bassin d’aération où les pollutions dissoutes sont éliminées par les bactéries épuratrices fixées sur les supports libres. La dernière étape du traitement s’effectue dans le clarificateur.

L’effluent traité y est séparé des matières en suspension. Le système AIRLIFT permet la recirculation des effluents vers le décanteur primaire.

L’ effluent traité répond aux exigences de la norme EN12566-3 et l’arrêté du 7/09/09 modifié.

Les rejets des eaux usées traitées peuvent se faire selon deux modes :

  • par drainage et infiltration dans le sol.
  • par déversement dans le milieu hydraulique superficiel, sous réserve du respect des prescriptions techniques en vigueur.

 

 

Avantages :

- La filière est installable même pour un nombre inférieur à 5 Equivalent Habitants (EH).

- C'est la filière de traitement d'eaux usées possédant la plus faible emprise au sol (1m² / EH).

- Le coût d'installation de la filière est d'environ 6 à 8 milles € HT pour la fourniture et la pose d'une installation 5 EH.

 

 

Inconvénients :

- Une fois traitées, les eaux usées doivent être acheminées vers un exutoire (Mare, fossé, ... ).

- Le fonctionnement est impossible en intermittence. Le système est donc incompatible pour l'installation sur une maison secondaire.

- La souscription à un contrat d’entretien est obligatoire pour maintenir la garantie.

- Cette filière de traitement exige un coût de fonctionnement non négligeable et un entretien régulier (environ 150 à 200 € TTC* / an). *Hors poste de relevage.

- Le coût d’investissement sur 15 ans est variable entre 9 000€ et 19 000€ HT (variable selon le nombre d'EH).

- Les vidanges successives du compartiment de pré-traitement des boues doivent se faire à 30% soit tous les 2 - 3 ans.

 

 

 

Entretien :

- Vidange de la fosse toutes eaux à 30% du niveau de boues.

- Souscription à un contrat d’entretien obligatoire.

 

 

 

Dimensionnement :

Dimensionnement suivant arrêté  Arrêté du 7 mars 2012 modifiant l'arrêté du 7 septembre 2009.

Une pièce principale est destinée au séjour ou au sommeil dont la hauteur sous plafond est aux moins de 2,30 mètres et la surface minimum est de 7m².  La cuisine, la salle de bain, WC, les pièces dites « d’eau » ne sont pas comptabilisées comme des pièces habitables.

Pour mieux illustrer le mode de calcul du nombre de PP, voici un exemple concret :

Supposons que votre logement inclut 3 chambres à coucher de 10m2, 12m2 et 15m2. À celles-ci s’ajoutent un salon de 30m2, une cuisine de 10m2 et un bureau de 5m2.

Votre habitation compte donc 4 PP, étant donné que la surface du bureau est inférieure à 7m².

 

 

 

Achat :